Toutes les photos de ce site sont obligatoirement soumises aux droits d’auteurs et à un copyright : © F. PEURIOT - P. PLOQUIN

Home / REPORTAGES - TRAVAUX SUR COMMANDE (photos de studio) - CRÉATION DE TOUT DOCUMENT PUBLICITAIRE ET DE COMMUNICATION (CUSTOM WORK - OBRAS A PEDIDO - CREATION OF ADVERTISING MATERIALS - CREACIÓN DE CUALQUIER DOCUMENTO PUBLICITARIO) / REPORTAGES - REPORTS - REPORTAJES / FANTASIA : DES CHEVAUX PARÉS D'OR ET D'ARGENT (Maroc) [113]

Mentionnée à partir du XVIIIe siècle par les récits de voyageurs au Maghreb, la fantasia marocaine est l’héritière de l’équitation Arabo-Turco-Berbère. Elle sera définitivement connue, et prendra ce nom de fantasia, dès 1832, grâce aux récits d’Eugène Delacroix et à ses innombrables tableaux qui vont immortaliser cet art équestre. En effet, le 6 mars 1832, ce célèbre peintre accompagne le comte Charles-Edgar de Mornay auprès du sultan marocain et assiste à Garbia, puis à Meknès à ses premiers « jeux de poudre ». Il en note alors la splendeur dans son journal. Au Maroc, la fantasia, appelée aussi Tbourida, fait partie du patrimoine culturel ; c’est une tradition hippique tribale, rurale et religieuse rigoureusement codifiée et toujours largement pratiquée, notamment lors de moussems, pour fêter les semailles, les moissons ou célébrer un saint…